top of page

La personne âgée
en
Art-thérapie

 

Des jeunes mains tenant des vieilles mains

La personne qui entre dans "le grand âge" vit des bouleversements physiques et psychiques importants, avec parfois l'apparition de maladies. Les sens sont souvent altérés (vue, ouïe, toucher..) ce qui modifie la perception du monde extérieur, soudain envisagé comme une menace.

Effectuer un travail sur soi dès l'âge de la retraite et par la suite, dans les passages difficiles de la vie (deuils, séparation, changement de domicile etc...) permet de mieux comprendre comment ces bouleversements agissent sur le corps et la psyché, et mieux vivre avec .

Toute au long de notre vie, nous sommes créateurs. Nous pouvons créer avec nos mains, notre esprit (imaginaire), nos paroles (créer du lien).

A travers les séances d'art-thérapie, la personne âgée peut exprimer ses frustrations et en faire quelque chose de ludique ou de poétique. Dans les retours après la séance, il s'agit souvent d'un sentiment de dignité retrouvée et de surprise dans le fait d'avoir "fait quelque chose".

L'approche de l'Art-thérapie s'adapte aux capacités et au rythme de chacun. La personne "reprend sa parole en main" (JP Royol) et peut de nouveau reprendre sa place de sujet désirant.

Dans le cas de maladies neurodégénératives du type Alzheimer, l'adaptation de la structure même de l'atelier consiste à se rapprocher au plus près du confort de la personne, dans ses capacités "ici et maintenant". L'objectif étant, entre autres, de réveiller sa part de créativité toujours présente, "l'enfant dans l'adulte" (Ferenczi) qui s’émerveille devant une forme créée, une couleur, une texture, une odeur... la stimulation des sens est mise en avant à travers ces ateliers "sur mesure", co-construits dans l'instant avec la personne, en fonction de sa disponibilité.

 

Disposer d'une variété d'outils dans sa mallette d'art-thérapeute permet de s'adapter aux capacités et envies de la personne.

Quel que soit le public rencontré dans l'espace d'art-thérapie, ce que l'on recherche participe de la même façon à retisser un lien, même ténu, de soi à soi, puis de soi aux autres.
 

bottom of page